Le parchemin de Nyogtha

Aides de jeu, partage d'idées et scénarios sur le jeu de rôle dans un univers médiéval fantastique

Hey there! Thanks for dropping by Theme Preview! Take a look around
and grab the RSS feed to stay updated. See you around!

Inventée voici environ 7000 ans par les Chinois, la bière est apparue en Europe il y a environ 5000 ans.

Charlemagne a largement favorisé l’expansion de sa production et par voie de conséquence, de sa consommation en Europe.

L’implantation répétée et massive de monastères constituait autant de berceaux de brassage de la bière, tout du moins sur le nord de l’Europe (le sud cultivant plutôt la vigne par opposition au nord qui produisait de l’orge).

La production visait au départ à satisfaire la consommation personnelle des moines et des voyageurs de passage (ahhhh frêre Gob … je comprends mieux vos rondeurs !)… consommation qui pouvait approcher les 5 litres de bière par jour et par personne (enfin … par moine !). Tout incitait à consommer de la bière : excellent complément nutritionnel , vertueuse comme peut l’être un grog, appréciable par son goût et moins « contaminée » que l’eau (en particulier pendant la saison chaude)… mais surtout… autorisée en période de jeûne. Et le jeûne au moyen-âge c’est une centaine de jours par an ^^.

Bien que les Allemands aient découvert assez tôt que l’introduction de Houblon dans la fabrication de la bière permettait de mieux la conserver (800 ans après JC), cette technique ne se verra vraiment répandue que vers la fin du moyen-âge. Le pourquoi de ce retard à intégrer ce changement positif est intéressant :  la recette pour confectionner la bière était réglementée et c’étaient les dirigeants politiques locaux qui fournissaient aux moines les herbes pour aromatiser la bière… inutile de dire que le houblon venait jouer les troubles fête dans la cagnotte que représentait ce petit commerce !

C’est également vers la fin de moyen-âge (XIVème siècle) que le nombre de tavernes a augmenté. L’expansion du commerce et des échanges, l’amélioration des infrastructures et du transport, … tout cela a contribué à faire croître la demande de bière et sa production est sortie progressivement des monastères.

(source : L’alternative économique n°31 – Mars 2012)

Et le jeu de rôle dans tout cela ?

Il me semble intéressant de ne pas oublier que nos fameuses tavernes ont donc toutes les chances d’être alimentées par le monastère du coin. C’est un coup à  accepter la conversion religieuse ça !   😉 

Plus sérieusement, cela donne matière à organiser le temps « libre » ou « hors scénario » d’un PJ Moine :

– la récolte de l’Orge, céréale d’hiver,  pour produire la bière et la cervoise, pour alimenter les bêtes où être panifiée lorsqu’on la mélange à du froment.

– le brassage de la bière

– la gestion des herbes aromatiques (et le commerce qui gravite autour)

– le stockage, la livraison aux seigneurs-tavernes- …. 

– et bien sûr toutes les activités plus « religieuses » !

Enfin, il est intéressant de garder à l’esprit que la période de jeûne représente quasiment 1/3 de l’année. Ce point organise énormément la vie de tous les jours. Ici nous parlons de la bière mais c’est également pour cette raison qu’on liait les sauces au lait d’amandes, etc. … 

Nyogtha

Article(s) conseillé(s)

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “La bière au moyen-âge”

  1. Befa dit :

    Ca donne aussi des idées de scénarios, au vu du dernier paragraphe, et une intrigue autour du commerce de la bière, et de ses enjeux, rien de mieux pour changer un peu des souterrains et des donjons !

Leave a Reply