Le parchemin de Nyogtha

Aides de jeu, partage d'idées et scénarios sur le jeu de rôle dans un univers médiéval fantastique

Hey there! Thanks for dropping by Theme Preview! Take a look around
and grab the RSS feed to stay updated. See you around!

La musique dans le jeu de rôle

L’Art de la description nécessite le recours aux cinq sens des joueurs.

Parmi ces sens, il en est un qui peut être employé de deux manières différentes : l’Ouïe.
Dans les scénarii , le plus simple est souvent de décrire aux joueurs ce qu’ils entendent… L’ouïe en est alors réduite à écouter une pure description orale.

Nombreux sont ceux qui vont plus loin et utilisent les moyens techniques audio à leur disposition pour passer aux joueurs de véritables bruitages. Voici donc la 1ère utilisation du SON dans le jeu de rôle, il s’agit ici d’un son qui rend précisément ce que le PERSONNAGE entend. Ces bruitages vont de la porte qui grince, à la démarche inquiétante d’une sinistre créature où encore à une agréable mélopée de sirène…

La seconde utilisation du son dans le jeu de rôle revêt un caractère plus général. Son but n’est pas de retraduire à l’identique ce qui arrive aux oreilles du personnage. L’objectif est plutôt de contribuer à renforcer l’ambiance d’une scène particulière, d’un moment précis du scénario…etc. Ce son s’adresse au JOUEUR La description d’un moment triste au cours d’un scénario gagnera à être accompagné d’un air mélancolique. Cette ambiance musicale dont le niveau sonore sera savamment dosé, aidera les joueurs à mieux appréhender l’interprétation de leur rôle.

Le Matériel nécessaire :

Pour la préparation, tâchez de disposer d’un équipement pour lire les fichiers audio (mp3, ogg, wav, …etc) ou d’un lecteur CD classique. Internet a explosé les barrières d’antan : imaginez l’époque où il fallait squatter dans les médiathèques et racketter les potes pour récupérer des CD ou pire encore, des cassettes audio ! Pour choisir les morceaux les plus à même de coller à l’ambiance,  je privilégie souvent l’écoute au casque. Cela permet d’une part de bien se concentrer sur la musique, de s’isoler un peu et d’autre part, de saisir au mieux tous les sons du morceau écouté pour bien ajuster nos propos ou actions de MJ par rapport à la bande sonore.

Le stockage des musiques ou bruitages choisis dépend tout à la fois de votre organisation et des moyens techniques dont vous disposerez lors du scénario. Un téléphone branché sur de petites enceintes peut très bien suffire, ne focalisez pas sur les moyens techniques, ce que l’on recherche c’est un fond d’ambiance. Disposer d’une fonction de programmation / de répétition en boucle des morceaux est intéressant (lorsque les morceaux sont un peu courts et qu’un cycle en boucle ne choque pas). Le recours à une télécommande permet d’agir plus discrètement pour le déclenchement du son… ce qui peut ajouter un facteur surprise appréciable !  En effet, les joueurs associent rapidement musique et évènement important… A défaut de télécommande, il est possible d’inclure un gros blanc en entête du fichier son pour que le morceau démarre quelques secondes / minutes plus tard par ex. afin de préserver une certaine surprise.

 

Le matériel audio ne doit pas trôner dans la salle du scénario.

Mettez le dans un coin discrèt ou mieux, sous la table, loin des regards… d’autant que, lors des scénes éclairées à la bougie, ça craint carrément de voir les leds rouges ou vertes clignoter dans une ambiance moyenâgeuse !

Il peut être intéressant de conserver le casque à portée de main… ça peut aider à rechercher un morceaux en cas de panique (hum… c’est mal parti dans ces cas là…) mais surtout, c’est utile pour une scène individuelle.

Un exemple : l’un de vos joueurs fait un rêve… ou un cauchemard… passez lui le casque et il écoutera la zic sur laquelle vous aurez – préalablement – enregistré la description du rêve ou du cauchemard. On évite ainsi la curiosité des autres joueurs tout en montant le niveau sonore comme on veut.

Le classement thématique :

Regrouper les morceaux par thème, en fonction de l’ambiance à laquelle vous les associez, est plutôt une bonne idée en terme d’organisation.  Il est aussi souhaitable de distinguer par un code ou un répertoire distinct les morceaux courts des morceaux longs. Un morceau court durera quelques secondes ; il  sera associé à un évènement ponctuel / soudain tel que l’entrée d’un personnage dans un lieu, la découverte d’un objet, … etc. A l’inverse, un morceau long pourra durer quelques minutes (avec la possibilité de le faire boucler sur lui même) afin de maintenir une ambiance prolongée : soirée festive à l’auberge, déclaration narrative, discours, longue description d’un lieu, …

Les thèmes sont potentiellement aussi diversifiés que vous le souhaitez : « combat médiéval », « fête médiévale », « scène d’amour ou romantique », « voyage spatial », « auberge médiévale »…etc. Pour savoir si cela vaut le coup ou non de créer un nouveau thème, fixez-vous un seuil (ex. : créer un nouveau thème quand la durée totale des morceaux s’y référant dépasse les 20 mn d’écoute).

Bien évidemment, votre bibliothèque audio s’enrichira petit à petit, au fil de vos écoutes et de vos découvertes….

Le choix des morceaux pour la constitution des thèmes est guidé par 2 règles :

– Chaque morceau enregistré doit parfaitement convenir à l’ambiance décrite dans le titre de la cassette. Il convient d’être rigoureux dans ses choix pour que le tout, au final, soit cohérent. Ne vous pressez pas pour constituer vos cassettes, le temps sera certainement un gage de qualité. Un morceau entendu sur un album, dans un film ou dans un opéra évoque irrésistiblement en vous une scène de jeu de rôle… alors notez-le ou enregistrez-le !
Vous verrez, vous « regarderez » les films avec une oreille différente 😉

– Essayez toujours de respecter l’homogénéité de chaque thème. N’oubliez pas que votre but est de créer une ambiance sonore propice à plonger vos joueurs dans l’univers du scénario joué… La musique n’est pas un but en soi, c’est un outil. Les joueurs ne doivent jamais focaliser toute leur attention sur la musique d’ambiance. Sa discrétion doit toujours être de mise alors évitez les changements brusques d’un morceau à l’autre. « Also sprach Zarathoustra » de Strauss et « Les Chariots de feu » de Vangélis sont propres à accompagner musicalement un voyage spatial, mais les accoler sur une cassette d’ambiance fera dresser l’oreille des joueurs. Du classique suivi d’une musique synthétique ce n’est pas très heureux comme enchaînement… L’attention des joueurs se détournera du scénario pour assimiler le changement de son. Pour certains thèmes, on en vient alors rapidement à envisager des sous-thèmes par type de musique (classique, hard-rock, techno…etc). Ainsi, par exemple, Jean-François Seignol, un MJ qui m’avait contacté, utilisait en alternative un thème à base de percussions (B.O. de Dune, Tambours du Bronx…) et une compilation techno pour les combats dans ses scénarios d’inspiration cyberpunk. Une astuce, pour aider à atteindre les 20 minutes d’écoute, consiste à répéter 2 fois le même morceau sur la bande en séparant suffisamment les occurences.

Ne négligez aucun style musical, variez vos sources pour un même thème, en particulier pour les thèmes qui reviennent le plus souvent dans vos scénarii. Vous réduirez ainsi la possible lassitude des joueurs quant à certains morceaux. A l’instar de Jean-François Seignol, j’ai constaté que les joueurs acquièrent rapidement des réflexes du type Pablov lorsque vous introduisez systématiquement une scène par la même musique d’ambiance… L’astuce de Jean-François est excellente :  il ne démarre pas l’écoute du morceau au départ et évite ainsi l’effet « jingle » ! Il est vrai que les joueurs retiennent surtout les débuts de morceaux.

Bon et les musiques dans tout cela ?

Vous trouverez dans cette rubrique une liste non exhaustive de bruitages et surtout de musiques d’ambiance. J’ai tenté de donner un exemple de contexte auquel appliquer tel ou tel extrait musical. Bien sûr, mon interprétation est subjective et je ne jouis nullement d’un sens universel de l’interprétation… Néanmoins, mes joueurs ne s’en sont pas plaints alors je tente le coup.

Du reste, le risque d’erreur sur le Bandes Originales de film est minime quand on connaît bien le film en question. Pour le reste, cela vous donnera toujours une idée générale et non restrictive sur le ton du morceau.

Nyogtha

Article(s) conseillé(s)

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply